À l’écoute de la troisième production discographique de cet artiste ardéchois d’adoption, un subtil mélange se dégage entre sérénité, plénitude et douce mélancolie. C’est du côté du Recall Studio avec le maître des lieux aux commandes, l’ingénieur du son Philippe Gaillot, au joli CV (Têtes Raides, Bashung, Noir Désir…) que Baptiste Dupré a peaufiné son son. Des chansons bohèmes et buissonnières, des textes humanistes et poétiques à souhait, l’auteur-compositeur séduit l’oreille avec ses arrangements aux sonorités folk et rock, parfumées de quelques touches jazz. Un album qui bénéficie en prime d’un invité de choix, Stéphane Belmondo et sa trompette virtuose, sur un titre. Un douze titres (plus un caché) qui emporte son auditeur hors des sentiers battus, aux rythmes d’un violon, d’une basse, d’une batterie et d’une guitare à la force et à la conviction complices.

Fabrice Bérard